Peinture de genre

Dans une pièce, probablement son atelier, Lucian Freud représente des jeunes gens sur un canapé, serrés les uns contre les autres. Leur regard est mélancolique.
Un enfant, sur le côté ressemble à une poupée devenue inutile.
Cette peinture est une reprise d ́un tableau de Watteau (Pierrot content) qui représente des personnages de la Comedia del Arte comme le fait fréquemment le peintre en train de vivre un bon moment, en train de jouer, en train de déguiser le réel, pour qu ́il passe mieux dans notre estomac.

Mais comme le souligne Lucian Freud, la fête est finie, le monde est désenchanté.
Le réel est revenu, en forme de gueule de bois. Comment digérer cette illusion devenue maux de tête ?

Florence Obrecht et Axel Pahlavi se permettent de proposer une nouvelle version – on appellerait cela aujourd ́hui un cover - de cette histoire de peinture. Avec une facture léchée, soignée, tranquille, ils mélangent leurs pinceaux pour nous proposer une représentation de leur famille dans l ́atelier.

En 2020, la famille dans le monde de l ́art est aussi mal vue que les clowns et autres comédiens face à la bien pensance du XVIII ème siècle.
Mais nous le savons, c ́est toujours dans les espaces rejetés que pousse la lumière du futur. Ce que nous proposent donc Florence Obrecht et Axel Pahlavi, c ́est de peindre tranquillement une famille somme toute banale mais qui prétend porter en elle les traces d ́une entente possible, d ́une harmonie envisageable et d ́un amour à envisager qui seul peut sauver le monde.

Du
Au
Vernissage le
Œuvres présentées (sélection)